pub

Comment un garage solidaire soutient-il la communauté ?

Les garages solidaires sont plus que de simples ateliers de réparation d’automobiles, car leur service permet d’entretenir votre véhicule en réalisant près de 40% d’économie par rapport aux garages classiques. Il s’agit d’une solution pour soutenir la communauté et favoriser l’insertion professionnelle et sociale. Des particuliers ou des professionnels peuvent gérer ce type de garage et recruter des employés. On en compte environ 150 à 200 sur le territoire français

9 fonctionnements d’un garage communautaire

La création d’un garage communautaire, appelé également garage associatif, coopératif ou self-garage, vise à réduire le coût de réparation automobile pour les personnes ayant des ressources limitées. Ils offrent un cadre professionnel et régulier qui permet également de contrôler les rejets de déchets polluants liés aux travaux. Ces garages participatifs fonctionnent de façon spécifique :

1 – Les garages participatifs fonctionnent comme une organisation à but non lucratif. Ils proposent la réparation et l’entretien des véhicules à faible coût.

2 – Ils reçoivent des subventions, des donations et travaillent avec des bénévoles qui leur permettent de réduire les coûts opérationnels.

3 – Les clients peuvent réparer eux-mêmes leur véhicule dans certains garages associatifs, tout en bénéficiant de l’assistance de mécaniciens professionnels

4 – L’automobiliste fait des économies sur le coût de la main d’œuvre quand il effectue lui-même les travaux. Des mécaniciens professionnels peuvent s’en occuper sans que le coût augmente, grâce au caractère solidaire et au statut associatif du garage.

5 – Ces garages communautaires, grâce à leur dimension sociale, offrent la possibilité aux personnes sans emploi ou en situation de précarité de trouver des stages ou des formations en mécanique. Ils contribuent ainsi à l’insertion professionnelle. Les clients y assimilent des compétences en mécanique.

6 – Ils peuvent offrir des services complémentaires tels que des ateliers d’éducation à la sécurité routière, des conseils pour acheter une voiture et d’autres prestations.

7 – Les services d’un garage solidaire sont proposés à certaines conditions. Le client doit notamment avoir un revenu modeste et être bénéficiaire de certaines aides sociales. Il doit également résider dans une zone géographique spécifique.

8 – Les revenus des selfs garages sont utilisés uniquement pour leur fonctionnement, parce qu’ils n’ont pas pour but de faire des bénéfices.

9 – Le développement des garages participatifs permet de réduire la prolifération des sites inappropriés où s’effectue l’entretien sauvage de véhicules.

La collaboration entre garages solidaires et les épavistes dans un objectif communautaire

Les garages solidaires et les épavistes entretiennent un partenariat gagnant dans le cadre de la gestion des déchets automobiles et de la récupération des pièces recyclables.

Les épavistes gratuits comme Domicar Seine-Saint-Denis 93 réalisent l’enlèvement des épaves de voitures dans ces garages dans le respect de la démarche environnementale en vigueur. Cet épaviste agréé est expérimenté et contribue à la formation à la manipulation des matières délicates dans ces garages par exemple et aux pratiques environnementales durables. Son partenariat étroit avec les garagistes permet aussi de répertorier les demandes en termes de pièces détachées et de répondre à ces besoins.

Les obligations légales d’un garage associatif

L’activité des garages participatifs respecte une réglementation qui les oblige à :

  • Une réparation correcte et sécurisée des véhicules
  • Un affichage clair des prix des prestations aux clients
  • L’obtention préalable d’une autorisation de l’administration pour le dépannage et le remorquage des véhicules
  • La délivrance d’une facture pour les travaux coûtant plus de 25 â‚¬
  • Au respect des normes de sécurité des bâtiments

L’accès au garage solidaire et la tarification

Une inscription à l’association est nécessaire pour bénéficier des services du garage solidaire. Vous payerez un montant variant entre 10€ à 150€ et une cotisation annuelle en fonction du garage, de votre situation et de votre quotient familial.

Vous pourrez louer un pont ou une place dans l’atelier pour un taux horaire inférieur à 10 euros et payer un montant pour les services additionnels comme emprunter des outils, utiliser des pièces de rechange ou faire intervenir un mécanicien professionnel…

Le financement et la gestion des coûts

Le financement des garages communautaires est constitué des subventions de l’État et des collectivités locales. L’engagement des entités publiques s’inscrit dans le cadre d’un appui à leurs missions d’insertion sociale et de formation. Ils reçoivent également des aides financières de particuliers, d’entreprises et de fondations qui soutiennent les initiatives sociales et environnementales. Ces self-garages bénéficient aussi de soutiens financiers ou en nature (pièces de véhicules, outils, expertise, etc.), grâce à leur collaboration avec certaines entreprises ou organisations.

La bonne gestion des garages coopératifs passe par une maitrise des coûts. Certaines mesures permettent de bien gérer leur fonctionnement :

  • Des achats de pièces et d’équipements optimisés, grâce à une négociation des prix préférentiels
  • Un recrutement de bénévoles et de stagiaires pour réduire les coûts de main d’œuvre
  • Un entretien régulier des outils et des équipements du garage pour prévenir la perte ou la défaillance prématurée du matériel

Les revenus autonomes des garages associatifs comprennent les ressources issues de la vente de pièces détachées et de véhicules remis à neuf, des gains tirés de la formation en mécanique aux particuliers qui souhaitent faire eux-mêmes l’entretien de leur véhicule.

Certains profits sont générés par l’organisation de cours en mécanique automobile et en gestion d’atelier pour les personnes en réinsertion professionnelle ou les jeunes déscolarisés.

Les profits sont réinvestis dans l’achat de matériels modernes et plus performants pour préserver la qualité et l’efficacité des prestations proposées. Ces revenus servent également à financer les projets destinés à faire baisser l’empreinte environnementale du garage. Il peut s’agir d’installer des systèmes de récupération d’énergie ou d’utiliser des matériaux recyclés.

Vos avis et commentaires

Aucun commentaire pour le moment…

Laisser un commentaire

Continuez votre lecture en découvrant d'autres articles